Le prix Pierre «Esprit» Radisson

La Fédération des Trappeurs Gestionnaires du Québec
tient à féliciter:
M. Lucien Gravel, récipiendaire du prix 2015!

 
 


M. Lucien Gravel se fait remettre le prix Pierre «Esprit» Radisson par Serge Simard, président d’honneur du Salon, député de Dubuc et Adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay Lac Saint Jean. À gauche, nous retrouvons également M. Érick Tremblay, président de la FTGQ

 
 

La Fédération des Trappeurs Gestionnaires du Québec (FTGQ) est fière d’annoncer que le récipiendaire du prix Pierre « Esprit » Radisson 2015 est monsieur Lucien Gravel. Monsieur Gravel s’est mérité cet honneur le 14 mars dernier, lors du 38e Salon provincial du trappeur tenu à ville de Saguenay. Le prix lui a été remis par Monsieur Serge Simard, président d’honneur du Salon, député de Dubuc et Adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay Lac Saint Jean, et par monsieur Érick Tremblay, président de la FTGQ. M. Gravel devient donc le 30e récipiendaire de cet honneur. Rappelons que ce prix est destiné à honorer de façon particulière un individu pour son implication dans le domaine de la fourrure. Ainsi, afin de mieux connaître monsieur Gravel, voici le texte de sa mise en candidature, rédigé par M. Langis Tremblay, président de l’Association Régionale des Trappeurs Laurentiens (ARTL).

• • • • • • • • • •

Prix Pierre « Esprit » Radisson 2015

Raison de sa mise en candidature :

C’est avec grand plaisir et sans la moindre réserve que l’Association des Trappeurs Régionale des Trappeurs Laurentiens désire soumettre la candidature de monsieur Lucine Gravel pour le prix Pierre « Esprit » Radisson 2015.

Monsieur Lucien Gravel est né en 1955 à Chicoutimi-Nord : c’est un saguenéen (et non un bleuet). Il a passé 38 ans dans la région de Québec pour le travail et demeure actuellement à Saint Ambroise
Monsieur Gravel est trappeur depuis février 2001. Bien qu’il ait débuté sur le tard sa carrière de trappeur, il a su très vite mettre en application les trucs du métier pour « arrêter les animaux à fourrure délinquants ». Toutes les espèces présentes sur son terrain de piégeage le craignent, du loup à la belette en passant par les ours et les castors importuns! Il est de la nouvelle génération de trappeurs appelée « la relève de mononcles ».

Comportement éthique : Son métier de policier (grade de capitaine) à la ville de Charlesbourg et de Québec a façonné son éthique comme trappeur professionnel en tant que représentant des trappeurs autant au niveau régional via l’ARTL qu’au niveau provincial dans son implication à la FTGQ. Mentionnons aussi sa représentation à l'Alliance Canadienne des Trappeurs (CNTA) et à l’Institut de la fourrure du Canada. Lucien connait bien l’usage du protocole et il l’utilise couramment. Son éthique se résume en deux mots : intégrité et professionnalisme. Ces qualités, qui peuvent lui donner beaucoup de sévérité, ne lui enlèvent pas toutefois son beau sourire de moustachu!

Information et éducation : Encore une fois son métier à la ville de Québec l’a doté d’une aisance pour « dealer » avec les médias. Communicateur né, il contrôle l’information comme un politicien en campagne électorale. Il a toujours présenté une image du trappeur comme un professionnel, un spécialiste de la forêt, ce qui a lui a permis le respect de ses pairs dans de nombreux dossiers d’importance provinciale et mentionnons entres autres :

• La reconnaissance des trappeurs dans la Loi sur l’aménagement durable des forêts et du territoire, ce qui a débouché sur les tables GIRT,
• son implication dans la Réforme du trappage,
• et celle des trappeurs dans les projets de Contrôle de la rage du raton,
• ainsi que dans le projet Opération de contrôle d’ours importuns qui s’est déroulé dans les régions de Lanaudière et des Laurentides.

Le ministre et ses sous-ministres associés au domaine faunique connaissent mieux les trappeurs et leur rôle en forêt depuis qu’ils ont rencontré « El Presidente » Lucien Gravel! Pour ce qui est de l’éducation, pas besoin de dire que c’est viscéral pour Lucien! Les programmes d’éducations et leurs actualisations et leurs diversifications sont importants pour lui : mentionnons les formations PGAF, PIGEC, CAFE, les moniteurs, la relève, en classe, en ligne, en livre à colorier, en français et en anglais, ... bref, il a été impliqué dans tous les projets à volet éducatif et leurs comités décisionnels – Comité bipartie et instances gouvernementales. Il passe avec une moyenne notable de 110%!

Implication et durée : En 2002, Lucien a accédé à titre de directeur à l’ARTL et par la suite, à la présidence (trappeur depuis février 2001). Sa personnalité démarquée, son aisance à gérer les rencontres et sa facilité à gérer les conflits ont fait en sorte qu’il possédait déjà la base de la gestion de l’Association régionale des trappeurs Laurentiens – l’ARTL.

Par la suite, en mars 2003, il est devenu 2e vice-président de la FTGQ et à l’automne 2004 président intérimaire de la Fédération et ce, jusqu’à son élection officielle de mars 2005 (à mars 2013). Si on compte bien, ce fut un mandat de huit années consécutives comme président de la FTGQ. Habituellement, un mandat maximal était de 4 ans. Dans son cas, sa performance a été de huit années. On a donc dû modifier deux fois les règlements pour permettre la prolongation de sa présidence. Un mandat à sa taille. Bravo Lucien!

Implication du candidat en fonction des buts visés par la FTGQ : Lucien Gravel est un trappeur professionnel accompli. Il a su de plus, à titre de 2e vice-président, président intérimaire et président de la FTGQ pendant huit années, bien représenter l’ensemble des trappeurs québécois tant sur la scène provinciale, que nationale, qu’internationale. L’image du trappeur, ses droits ainsi que son rôle faunique de gestionnaire auront été bonifiés auprès du public et des différentes instances gouvernementales. Pour Lucien, soulignons que la santé financière de la FTGQ et des associations régionales ont été aussi une préoccupation quotidienne lors de son mandat. L’achat et le financement du siège social de la FTGQ auront été un aboutissement accepté par le Comité Exécutif de la Fédération et son Conseil d’administration.

Il en a réalisé beaucoup en huit ans et il en a débuté d’autres qui sont en cours : mentionnons entres autres les dossiers de déprédation, l’abolition des redevances, les tables GIRT, etc.

Raison de la mise en candidature : Rendre hommage à Lucien Gravel pour l’ensemble de son oeuvre et donc son implication dans le domaine du trappage. Merci Lucien, merci!

Rédigée par M. Langis Tremblay, président ARTL