Comment piéger?

Réglementation et informations utiles pour le piégeage

Quand ?

Le Ministère applique son premier plan de gestion des animaux à fourrure au Québec.

Les saisons de piégeage sont définies en fonction des espèces et du territoire concerné (UGAF). Les saisons de piégeage prennent en compte la biologie des espèces, la maturité des fourrure, l’accès au territoire et les engins de capture.

Où?

Toute personne a le droit de piéger conformément à la loi.

Ce droit n’a cependant pas pour effet d’accorder à un piégeur la priorité d’utilisation d’un territoire public au détriment des autres amateurs de plein air, pas plus qu’il ne lui accorde l’exclusivité du territoire.

Informations utiles

La FTGQ travaille en continu avec différents partenaires pour développer de nouveaux outils qui permettent de présenter l’avancée des connaissances sur les techniques et le matériel de piégeage.

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Institut de la fourrure du Canada

Réglementation sur le piégeage

Le piégeage au Québec – Principales règles (Trapping in Québec – Main regulations)

Pour toute question relative à la réglementation en vigueur, veuillez contacter votre bureau régional responsable de la gestion de la faune: Coordonnées des bureaux régionaux du MFFP

Documents techniques

Au Québec, 19 espèces d’animaux à fourrure sont exploitées par le piégeage (belette à longue queue, belette pygmée, castor, coyote, écureuil roux, hermine, loup, loutre de rivière, lynx du Canada, lynx roux, martre d’Amérique, moufette rayée, ours noir, pékan, rat musqué, raton laveur, renard gris, renard roux, vison d’Amérique).

Apprenez en plus sur la biologie des espèces piégées.

Seuls les pièges « certifiés » conformes aux normes internationales de piégeage sans cruauté (NIPSC) doivent être utilisés. La liste des pièges certifiés est présentée sur les sites internet du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et de l’Institut de la fourrure du Canada.

Plan de gestion des animaux à fourrure

Depuis la saison de piégeage 2018-2019, le Ministère applique son premier plan de gestion des animaux à fourrure au Québec. Prévu pour une durée de 8 ans, ce plan a pour but de simplifier la réglementation, d’améliorer l’image publique de cette activité et la qualité des données colligées pour la gestion de cette ressource renouvelable.

Pour plus de renseignements, tous les piégeurs sont invités à consulter les documents et les outils rendus disponibles par le MFFP:

Carnet du piégeur

Vous voulez contribuer à la gestion des animaux à fourrure du Québec?

Remplissez le carnet du piégeur. Les informations ainsi fournies permettent de produire les bilans de l’exploitation des espèces. Plus ces données sont représentatives de la réalité, plus les bilans dressés par les biologistes du Ministère sont précis, et meilleure est la gestion.

Captures accidentelles

Certaines espèces sont à déclaration obligatoire au Québec. Vous devez donc déclarer auprès d’un agent de protection de la faune toutes vos captures des espèces suivantes : l’opossum, le renard gris et le carcajou.

De la même manière, en cas de capture accidentelle d’un cervidé, d’un dindon ou d’un oiseau de proie – que ce dernier soit vivant, blessé ou mort – vous devez le déclarer à un agent de protection de la faune.

Rappelons que la personne qui fait une telle déclaration ne subira aucune sanction. De plus, cette information est précieuse pour la bonne gestion des espèces.

Pour faire une déclaration ou un signalement, communiquez avec S.O.S Braconnage :
1 800 463-2191 / centralesos@mffp.gouv.qc.ca

Découvrez l’exemple du renard gris, une espèce en progression au Québec, occasionnellement observée ou capturée lors du piégeage.

Code d’éthique du piégeur

  1. Je demanderai la permission pour accéder à un terrain privé et je respecterai le territoire et les installations du trappeur voisin;
  2. Je respecterai les lois et les règlements relatifs à la faune et à ses habitats;
  3. Je visiterai mes pièges régulièrement;
  4. J’entretiendrai mes pièges adéquatement et les utiliserai selon les normes appropriées;
  5. Je ne placerai pas mes pièges dans les endroits où je suis susceptible de capturer des animaux domestiques;
  6. J’accorderai une attention particulière aux animaux déprédateurs et porteurs de maladies;
  7. Je disposerai proprement des carcasses de mes prises et rapporterai la présence d’animaux atteints de maladies;
  8. Je serai disponible à transmettre mon art et mes connaissances relatives au piégeage afin de favoriser la relève;
  9. J’exercerai mon activité de façon à assurer la pérennité de la ressource;
  10. J’appuierai les associations de trappeurs locales et régionales, car elles travaillent pour moi;
  11. Je respecterai en tout temps l’environnement;
  12. Je m’informerai des nouvelles méthodes de capture et je les mettrai en application le plus adéquatement possible, dans un souci de respect de la faune;
  13. Je gérerai adéquatement les populations d’animaux à fourrure, particulièrement là où elles causent des dommages.